NOVEMBRE : Le mois de la gériatrie animale

15 octobre 2020

 

NOVEMBRE EST LE MOIS DE LA GÉRIATRIE ANIMALE

Saviez-vous, qu’en moyenne, les chiens et les chats sont considérés gériatriques dès l’âge de 7 ans?

En effet, à partir de cet âge, ils sont plus à risque de développer certaines conditions, telles que des problèmes articulaires, du diabète, de l’insuffisance rénale, des cancers, du dysfonctionnement cognitif et d’autres maladies, dues au vieillissement de leur organisme.

Comment prévenir les risques de maladies chez votre animal?

Premièrement, un examen vétérinaire annuel est recommandé, afin de suivre plus étroitement certains aspects de la santé de votre animal, comme par exemple : son poids, sa consommation d’eau, l’apparition et/ou l’évolution de masses, etc. L’examen annuel, un profil sanguin et une analyse d’urine sont les meilleurs moyens pour dépister une maladie émergente. À un stade précoce, certaines maladies peuvent passer inaperçues, c’est pourquoi les soins préventifs sont la clé pour prévenir ou diminuer la progression de la maladie.

Deuxièmement, on recommande d’offrir une diète adaptée aux besoins de votre animal vieillissant, soit une formule pour animaux séniors. Une diète adaptée permettra à votre animal de maintenir sa masse musculaire et sa mobilité, tout en lui fournissant les besoins caloriques nécessaires pour son métabolisme diminué. On recommande aussi de ne pas suralimenter les animaux séniors, car il pourrait en résulter un problème d’obésité et par conséquent aggraver certaines maladies liées au vieillissement, telles que l’arthrose, le diabète, les maladies du cœur, etc.

Troisièmement, des suppléments nutritionnels, comme la glucosamine, la chondroïtine et les omégas 3, pourraient vous être recommandés si votre animal démontre des signes d’arthrose. Les omégas 3 aident à prévenir ou même améliorer les symptômes de dysfonctionnement cognitif chez les animaux âgés, en plus de renforcir le système immunitaire et d’agir comme anti-inflammatoires naturels. Ces produits naturels, peuvent grandement aider à rendre votre animal vieillissant plus confortable.

Aussi, pour les animaux présentant des signes d’arthrose, des masses ou des callosités, il est recommandé d’installer des coussins ou des couvertures aux endroits où ils ont l’habitude de se reposer. Une surface plus douillette permet de réduire la pression au niveau des points d’appui de votre animal et ainsi améliorer son confort.

Puis, n’oubliez pas que, tout comme les humains, les chiens et les chats âgés deviennent moins tolérants à la chaleur et au froid. Il se peut donc qu’ils apprécient moins les longues périodes à l’extérieur ou qu’ils soient plus léthargiques par période de canicule ou de grand froid. Leur vision, leur odorat et leur ouïe peuvent aussi être altérés avec l’âge, donc soyez à l’affut de ces changements. Parfois, de petites modifications dans l’environnement, par exemple allumer une veilleuse la nuit ou l'installation d'une barrière dans les escaliers, sont nécessaires pour rendre celui-ci plus sécuritaire.

En suivant ces conseils, vous pouvez aider votre animal à bien vieillir et améliorer son espérance et sa qualité de vie.

Si vous avez des inquiétudes au sujet de la santé de votre animal gériatrique, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire.

 

Vous aimeriez comparer l'âge de votre animal avec l'âge en années humaines? Voici les tableaux comparatifs pour les chiens et chats :


L’obésité chez les animaux de compagnie

7 octobre 2020

Selon les données de l’Association for Pet Obesity Prevention (APOP), près de 60% des chats et des chiens nord-américains souffrent d’embonpoint ou même d’obésité.

Des statistiques très inquiétantes, puisqu’il est démontré qu’un surplus de poids peut occasionner ou augmenter les risques qu'un animal souffre de nombreuses maladies, telles que : diabète, maladies cardio-vasculaires, cancers, problèmes articulaires, maladies endocriniennes, problèmes de peau, problèmes urinaires, problèmes digestifs/gastro-intestinaux, problèmes respiratoires, etc.

De plus, le surplus de poids peut influencer la réponse à certains médicaments, ainsi qu’augmenter drastiquement les risques si l’animal doit subir une chirurgie sous anesthésie.

Le surplus de poids occasionne aussi un vieillissement prématuré et il est démontré scientifiquement que l’espérance de vie d’un animal souffrant d’embonpoint peut être diminué de 2 ans!

Aussi, comme si ce n’était suffisant, le comportement de votre animal pourrait aussi en être affecté. Il pourrait devenir plus léthargique et/ou plus irritable.

 

L’équipe de vétérinaires et de techniciennes est la mieux formée pour établir le poids santé de votre animal. On évaluera son état de chair en se basant sur une échelle de critères physiques, puis on vous posera des questions afin d’établir la ration de nourriture idéale pour votre compagnon, puisque plusieurs facteurs influencent la quantité de calories nécessaire pour un individu (par exemple, son âge, son niveau d’activité, son état de santé, son environnement, etc.).

Quelques trucs simples vous seront aussi recommandés pour favoriser la perte de poids de votre animal, comme :

  • Donner une nourriture équilibrée et de bonne qualité
  • Respecter les quantités de nourriture recommandées. Si vous donnez des gâteries, il faudra alors retirer quelques croquettes de la ration quotidienne pour respecter le nombre de calories recommandé. Éviter la nourriture de table et les gâteries trop caloriques.
  • Favoriser la consommation d’eau. L’eau aide à la fonte des gras. Ainsi, en augmentant la consommation d’eau de votre animal, vos favorisez sa perte de poids. Pour ce faire, vous pouvez, entres autres, lui offrir de la nourriture en conserve, disposer plusieurs bols d’eau dans la maison, etc.
  • Faites-lui faire de l’exercice. Il est recommandé de prévoir une période de 30 minutes d’activité par jour pour stimuler le métabolisme de votre animal. Pour un chien, une promenade à l’extérieur est l’activité idéale. Pour les chats, on recommande une période de jeu, avec un agace-chat, par exemple.
  • Offrez plusieurs petits repas par jour. Cela évitera que votre animal se gave aussitôt son repas servi, parce qu’il a trop faim. Cela aidera aussi à sa digestion.
    Pour les animaux qui mangent très rapidement, on recommande l’utilisation de bols «anti-glouton» ou de jouets pour ralentir la consommation de nourriture.
  • Faites-le travailler pour sa nourriture. Il est prouvé scientifiquement que la perte de poids en plus efficace chez un animal qui est stimulé mentalement, qu’un animal qui reçoit sa ration directement dans un bol et qui n’a aucun effort à fournir pour se nourrir. Vous pouvez, par exemple, utiliser des jouets ou des bols interactifs, cacher sa nourriture à différents endroits dans la maison et le faire chercher, etc.

À noter :

La dépense énergétique d’un animal stérilisé diminue d’environ 20%. Ainsi, après la stérilisation, il est recommandé d’ajuster la ration de nourriture à la baisse et de peser votre animal régulièrement pour s’assurer que son poids en stable.

Si votre animal est en convalescence suite à une intervention chirurgicale, il sera aussi recommandé d’ajuster ses portions à la baisse pour cette période.

Aussi, le niveau d’activité de votre animal peut varier en fonction des saisons. Par exemple, certains animaux ne tolèrent pas bien le froid ou la chaleur et seront moins actifs en hiver ou lors des canicules d’été. Il faudra alors ajuster les portions à la baisse lors de ces périodes.

Si malgré tous vos efforts et le respect des recommandations à la lettre vous n’arrivez pas à faire perdre du poids à votre animal, des examens complémentaires (comme un profil sanguin, par exemple), vous seront alors recommandés. Certaines maladies métaboliques, comme l’hypothyroïdie, peuvent causer un obstacle à la perte de poids. Si votre animal est affecté par une telle maladie, une médication sera alors recommandée pour réguler le métabolisme de votre animal.

 

Si vous avez des inquiétudes au sujet du poids de votre compagnon à quatre pattes, n’hésitez surtout pas à contacter votre vétérinaire. Il pourra vous guider vers la cause et les solutions si votre animal fait partie de la majorité des animaux qui souffrent d’un problème de poids.

 


HALLOWEEN : conseils de sécurité

7 octobre 2020

 

Le mois d’octobre est entamé. Les couleurs d’automne s’installent et les maisons commencent tranquillement à prendre l’allure de maisons hantées, avec les décorations de fantômes, de sorcières et autres monstres épeurants. C’est signe que l’Halloween approche. L’Halloween est une fête très appréciée des plus petits, comme des plus grands. Le 31 octobre prochain, lorsque le soleil commencera à se coucher, les rues se rempliront d’enfants et des parents portant des costumes au thème de l’horreur et iront sonner aux portes, afin de récolter des friandises. Voici donc quelques conseils, pour s’assurer que votre animal de compagnie reste en sécurité pendant cette soirée festive.

 

LES FRIANDISES :

N’oubliez pas de garder les friandises hors de la portée de minou et/ou pitou. C’est bien connu, le chocolat est toxique pour les animaux. D’autres produits peuvent aussi s’avérer dangereux pour vos compagnons poilus. Les produits contenant du Xylitol, comme certaines marques de gomme à mâcher et beurre d’arachides, par exemple, peuvent s’avérer dangereux pour les animaux, particulièrement pour les chiens, car ceux-ci peuvent causer une hypoglycémie grave. L’hypoglycémie est un taux de sucre trop faible dans le sang qui peut occasionner des vomissements, de la confusion, des tremblements, des convulsions et même un coma. Certains chiens développent même un problème de foie.  De plus, l’ingestion d’emballages peut causer une obstruction des voies digestives qui peut nécessiter une intervention chirurgicale, voire être mortelle. Les aliments gras peuvent aussi être problématique, car ceux-ci peuvent occasionner une pancréatite (inflammation du pancréas), une condition douloureuse qui peut rendre votre animal très malade. Les raisins secs sont aussi à éviter, puisqu’ils peuvent être potentiellement toxiques, surtout pour les chiens, et occasionner une insuffisance rénale grave.

 

LES COSTUMES :

Si vous costumez votre animal, assurez-vous que le costume ne gêne pas sa vue, ses mouvements et sa respiration. Le costume ne devrait pas être trop ample, ni trop serré. Votre animal devrait pouvoir se déplacer sans risquer de chuter ou de se blesser. Le costume doit aussi ne pas être orné de petits objets (exemple des billes ou des pièces de métal) que votre animal pourrait ingérer. Nous ne recommandons par le port des muselières qui donne l’impression d’un chien enragé. Celles-ci envoient un message aux autres animaux que votre chien est fâché et pourrait avoir un effet provocateur qui pourrait occasionner des conflits. Vaut mieux éviter. Puis, si votre animal ne semble pas à l’aise de porter un costume, il est préférable de le retirer. Votre animal pourrait se sentir très stressé de porter des vêtements à cause de la pression que ceux-ci exercent sur son corps. C’est important d’écouter les signaux que votre animal vous envoie.

 

LE PORTE-À-PORTE :

Nous vous recommandons fortement de laisser votre chien à la maison lors de la cueillette des bonbons, car l’achalandage dans les rues et les enfants déguisés pourraient l’effrayer et le faire fuir ou même le rendre agressif. Si vous décidez toutefois de l’apporter avec vous, nous vous recommandons de toujours le tenir en laisse et de le rendre visible, avec un collier qui illumine et une laisse réfléchissante, par exemple.

Si vous restez plutôt à la maison pour offrir des friandises, nous vous recommandons de garder votre animal de compagnie enfermé dans une pièce ou dans sa cage, afin d’éviter les risques de fugue. De plus, pensez à identifier votre animal à l’aide d’une médaille ou d’une micropuce pour faciliter son retour à la maison, si celui-ci arrive à se sauver. Un accident est si vite arrivé.

 

Avec ces conseils, vous pourrez passer une soirée amusante, en assurant la sécurité de votre compagnon à quatre pattes.

 

On vous souhaite à tous, une Joyeuse Halloween!